Promo !

Pack de 8 masterclass sur la stratégie (partie 2)

72,00  54,00 

Tout ce qu’il faut savoir pour bien analyser et comprendre une position (suite).

Ce pack comprend: l’attaque avec les roques opposés, le matériel déséquilibré, le sacrifice de qualité positionnel, l’avantage de développement, les échanges, la défense en position inférieure, le mauvais fou, la paire de fous.

Catégories : ,

Première partie: L’attaque avec les roques opposés

Dans cette masterclass, nous étudierons avec précision toutes les ficelles permettant de maîtriser ce schéma dans les parties d’échecs:

– l’avancée des pions « d’assaut » chers à l’auteur de « l’art de jouer les pions »

– la prise de l’initiative pour gagner la « course » au Roi

– le calcul précis des variantes et les schémas de combinaisons

– des exemples de parties, du champion du monde Mikhail Tal et de votre serviteur

Deuxième partie: Le matériel déséquilibré

On peut appeler « matériel déséquilibré » aux échecs tout ce qui distingue les blancs des noirs par la différence de pièces sur l’échiquier mais dont leur valeur intrinsèque est relativement égale.

Par exemple: un cavalier et un fou contre une tour et un pion, ou dans l’exemple plus haut, deux cavaliers et un fou contre une dame et un pion.

Dans une partie d’échecs, il est parfois nécessaire de procéder à un déséquilibrage aussi bien dans la défense que dans l’attaque.

L’ancien champion du monde Tigran Petrossian était un adepte du sacrifice de qualité positionnel (une tour contre un fou ou un cavalier), ce qui est probablement le déséquilibre le plus fréquent dans les parties d’échecs.

Un gambit (comme le gambit Roi ou le gambit Benko) est un déséquilibre mais pas au niveau des pièces.

Un « échange » d’une pièce contre plusieurs pions, peut être un déséquilibre.

Il est particulièrement difficile et cela à tous les niveaux, de procéder à un déséquilibre dans une partie d’échecs, surtout quand celui-ci ne s’avère pas forcément obligatoire.

Nous allons dans cette master-classe, à l’aide d’exemples pratiques, étudier les différents types de positions issues de matériel déséquilibré et essayer de comprendre à quel moment celui-ci devrait être créé.

Troisième partie: Le sacrifice de qualité positionnel

On parle de sacrifice de qualité « positionnel » quand celui-ci n’est pas destiné à créer une combinaison.

Il s’agit soit:

– de conserver l’initiative en créant un déséquilibre matériel dans lequel la pièce mineure sera aussi puissante que la tour.

– d’éliminer une pièce mineure adverse très dangereuse, on pourra alors parler de sacrifice de qualité défensif.

L’ancien champion du monde Tigran Petrosian était un grand spécialiste de ce thème.

Quatrième partie: Les échanges

Certaines pièces aux échecs, sont moins fortes que d’autres.

Nous connaissons tous leur valeur fictive, mais comment mesurer dans une position donnée laquelle est supérieure à une autre ?

Qu’est-ce qui va nous pousser à supprimer telle ou telle pièce aussi bien chez notre adversaire que chez nous ?

En d’autre terme quel ECHANGE nous est favorable ?

Cela nous permettra d’obtenir des positions stratégiquement supérieures ou parfois de rentrer dans une meilleure finale.

Dans cette master-classe, à l’aide d’exemples pratiques, nous allons apprendre à évaluer tout cela dans le but de créer le bon ECHANGE de pièces.

Cinquième partie: L’avantage de développement

Aux échecs on parle souvent de l’avantage de développement.

Mais qu’est-ce que cela veut dire exactement et comment en profiter quand on l’obtient en partie ?

On dit souvent qu’il faut ouvrir le jeu pour profiter des pièces mieux placées, ou créer des menaces pour contraindre l’adversaire à les parer et ainsi retarder d’autant plus son développement.

Quand le roi est au centre, faut-il l’attaquer immédiatement ?

Doit-on jouer sur l’aile où l’adversaire n’est pas développé ?

Quels échanges doit-on réaliser durant cette phase de jeu ?

Peut-on sacrifier du matériel pour l’obtenir ?

A toutes ces questions, et bien d’autres, nous y répondrons dans cette master-classe.

A l’aide d’exemples précis, nous allons aborder ce thème extrêmement répandu en pratique et dont les motifs stratégiques sont parfois obscurs.

Sixième partie: La défense en position inférieure

Pendant une partie d’échecs, se retrouver en position inférieure est toujours désagréable.

Pourtant cela arrive régulièrement, et il faut savoir aussi jouer ce genre de positions.

Comment arriver à ce sortir de ce pétrin ?

Cela peut prendre plusieurs formes:

  • échanger les pièces actives de l’adversaire
  • ouvrir des lignes pour obtenir du contre-jeu quitte à sacrifier du matériel
  • défendre passivement mais en restant très solide sur ses bases

Il peut aussi y avoir un accès psychologique quand précédemment, la position nous paraissait supérieure.

Dans ce cas la difficulté pour défendre est d’autant plus grande.

Dans cette masterclass, à l’aide d’exemples pratiques, nous allons étudier la façon de jouer quand on se retrouve en position inférieure.

Septième partie: Le mauvais fou

Nous connaissons le terme « mauvais » fou qui définit un fou de la couleur de ses propres pions. Souvent celui-ci est bloqué et en finale devient un problème majeur, surtout s’il est face à son ennemi mortel: le cavalier.

Parfois, en milieu de partie, quand il est devant ses pions, il peut devenir un atout.

Les joueurs de la défense française doivent savoir jouer avec le mauvais fou car il est toujours présent dans cette variante.

Comment le libérer grâce à des leviers ? Comment réussir à l’échanger ?

Inversement comment jouer contre lui en utilisant cet atout souvent jusqu’en finale.

Dans cette master-classe, grâce à des exemples pratiques, nous allons apprendre à jouer contre le mauvais fou, mais aussi avec le mauvais fou.

Huitième partie: La paire de fous

On parle souvent de l’avantage de la paire de fous mais concrètement qu’est-ce que cela veut dire exactement et comment en profiter dans le milieu de partie ?

Nous le savons, les fous sont meilleurs que les cavaliers dans les positions ouvertes, mais qu’en est-il dans les positions fermées ou semi-fermées ?

La paire de fous peut-elle compenser un déficit matériel ?

Comment concrétiser une finale avec la paire de fous ?

Toutes ces questions, nous allons y répondre dans cette master-classe. A l’aide d’exemples pratiques, nous allons comprendre comment:

– jouer les pions afin d’aider la paire de fous à évoluer.

– faire les bons échanges de pièces

– créer une attaque sur le roi adverse

Niveau requis:

Pas de niveau minimum requis pour cette master-classe.

Contenu:

Le cours comporte des explications sur la façon d’appréhender ce style de positions et des exemples de parties.

Un fichier de parties et d’exercices est fourni en téléchargement.

 

A propos de l’auteur

Manuel Apicella est grand-maître international depuis 1995. Champion de France en 1992. Professeur d’échecs depuis 1988. Capitaine et entraîneur de l’équipe de France féminine championne d’Europe en 2001.

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Pack de 8 masterclass sur la stratégie (partie 2)”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page